Nouvelles

Un sommet de l’ONU sur l’eau à Québec?

2018
09 octobre

Un sommet de l’ONU sur l’eau à Québec?

Le maire Labeaume et l’Université Laval appuient le projet qui pourrait se concrétiser au printemps 2020
Jean-Luc Lavallée 7 octobre 2018

L’Organisation des Nations Unies pourrait parrainer un Sommet international sur la « gouvernance de l’eau » à Québec, en 2020, un événement qui risque d’attirer des politiciens et des personnalités du monde entier, a appris Le Journal.

 

L’homme derrière ce projet d’envergure, le Dr Mustapha Lounès, travaille en coulisses depuis plus d’un an afin d’attirer dans la Vieille Capitale le secrétaire général des Nations Unies, le Portugais Antonio Guterres. C’est le « projet d’une vie », résume-t-il en entrevue.

 

Le Dr Lounès, qui réside à Québec depuis 30 ans, est branché directement sur le Secrétariat général de l’ONU par l’entremise d’un ami de longue date, le Dr Carlos Fernandez-Jauregui avec qui il a étudié à Berlin. Ce dernier, une sommité mondiale, agit à titre de « conseiller pour l’eau » auprès de M. Guterres.

 

Dans une lettre expédiée à la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, il y a quelques semaines, le Dr Fernandez-Jauregui a confirmé l’intérêt de l’ONU qui souhaite co-organiser ce tout premier sommet international sur la gouvernance de l’eau à Québec.

 

Appui de Régis Labeaume

La présence de M. Guterres à Québec, qui n’est pas encore acquise, garantirait la venue d’invités de marque, selon le Dr Lounès, qui dit être déjà très avancé dans ses démarches.

 

Le Journal a d’ailleurs mis la main sur des lettres d’appui de la Communauté métropolitaine de Québec (présidée par le maire Régis Labeaume), puis de l’Université Laval et de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS).

 

Des discussions sont en cours avec le ministère des Relations internationales (MRI) du Québec, qui assure le relais avec le cabinet de la ministre Freeland. Le député Joël Lightbound et le ministre Jean-Yves Duclos ont également été mis dans le coup selon nos informations.

 

Le Dr Lounès attend le feu vert officiel des autorités canadiennes, idéalement cet automne, pour coordonner cet événement. Protocole oblige, seul l’État canadien peut écrire à l’ONU et ainsi officialiser la chose. « Une fois que la demande est faite, ils sont déjà prêts. Les gens à l’ONU attendent. Moi, c’est ce qui m’a été rapporté », a-t-il confié en entrevue.

 

Gates et DiCaprio à Québec ?

 

Dès que l’ONU confirmera la tenue de l’événement de trois jours au Centre des congrès de Québec, des coups de fil seront donnés afin d’inviter des milliardaires, philanthropes et personnalités engagées reconnues comme Bill Gates, Warren Buffett, Michael Bloomberg, Leonardo DiCaprio ainsi que Guy Laliberté, qui a lancé la Fondation One Drop en 2007. Leurs noms apparaissent dans le document de planification du sommet qui a été rédigé en collaboration avec l’INRS.

 

« C’est moi qui ai lancé l’initiative, mais c’est beaucoup plus grand que ma petite personne. Il faut que tout le monde y mette du sien pour que ça arrive », confie le consultant qui a un doctorat en génie chimique de l’Université Laval. « Mon rêve, c’est que ça se passe ici à Québec. La province qui a le plus d’eau, c’est le Québec et le Canada est le pays qui a le plus d’eau au monde. Si c’était un autre pays qui organisait ça, ça n’aurait pas autant d’impact. »

 

Grossièrement résumé, l’objectif de ce sommet consisterait à élaborer une stratégie mondiale de gestion de l’eau. « Juste d’imaginer que ça va se réaliser, j’ai les larmes aux yeux. Participer à ce grand événement, aider des gens à travers la planète qui n’ont pas accès à l’eau potable, c’est le plus beau cadeau qu’on puisse faire. »

Pour voir l’article intégral publié sur le site du Journal de Québec, cliquez ici : https://www.journaldequebec.com/2018/10/07/un-sommet-de-lonu-sur-leau-a-quebec